5ème Journée Nationale de la greffe de cellules souches hématopoïétiques

Cette 5ème journée a eu lieu le samedi 12 mars à Bordeaux, Lille, Lyon, Paris & Strasbourg…

Compte-rendu de la réunion parisienne (Nicole BEQUART, membre de CCM Brest) :

Paris le 12 mars 2016

(Université Paris Diderot paris 7)

Cette réunion a rassemblé  environ 80 personnes. Elle était présentée par  une équipe de l’hôpital st Louis Paris et animée par le docteur Regis Peffault de la Tour

Au programme :  Actualités sur les greffes en 2016

_ sexualité et allogreffe

_ Hypnose et allogreffe

_ Apport de la socio-esthétique dans le monde de l’allogreffe.

Actualités sur les greffes : Docteur Regis Peffault de la Tour

Dans le principe de greffe de moelle l’on recherche une cohabitation entre le donneur et le receveur c’est à dire la compatibilité.Le greffon  détruit les cellules anormales de la moelle    mais il s’attaque aussi aux cellules de l’hôte, c’est la maladie du greffon ou GVH. Il faut que cette attaque soit la moins violente possible, c’est ce qui est visé dans la recherche de donneur.

Dans un premier temps l’on prospecte au niveau de la fratrie où l’on a une chance sur quatre de trouver un frère ou un sœur compatible. Dans 75 % des cas ceci n’existe pas, il faut alors  rechercher un donneur non apparenté dans le fichier des donneurs volontaires , ils sont 27 millions  dans le fichier international pour une population de plus de 6 milliards, dans ces conditions, le donneur compatible est rare.

Quand il n’y a pas de donneur compatible on réalise une greffe à partir de sang placentaire ou à partir de personnes haplo-identiques.

Qu’est-ce que deux personnes haploidentiques ?

Les gènes d’histocompatibilité  ou HLA sont portés par la paire 6 des chromosomes.Au moment de la fécondation  chaque futur enfant reçoit un chromosome 6 d’origine paternelle ,un chromosome 6 d’origine maternelle. Si deux enfants d’une même fratrie possèdent le même chromosome 6  c’est à dire les mêmes gènes d’histocompatibilité , ils sont compatibles à 50 % ,l’autre chromosome de la paire étant différent. (voir doc ci joint) Un même bagage génétique existe également entre parent et enfant ,  de ce fait le nombre de donneurs potentiels est beaucoup plus élevé.

Le principe de greffe est alors modifié : le receveur subit un conditionnement puis la moelle  du donneur est injectée. Après la greffe par chimiothérapie l’on détruit les cellules trop réactives du greffon c’est à dire les lymphocytes T. Par ce procédé la  GVH est moins violente  mais les risques de rechute sont plus importants.

Les résultats obtenus par  greffe de sang placentaire et par individus haplo-identiques sont similaires  cependant les greffes haplo-identiques sont moins onéreuses, disponibles immédiatement, elles seraient donc choisies préférentiellement. Ce type de greffe se fait en dernier recours , derrière une allogreffe l’on peut pratiquer une haplogreffe.

La recherche actuelle se fait aussi sur les biomarqueurs, ils permettraient d’établir un pronostic de GVH.

Sexualité et allogreffe ; Présentation docteur Dominique Vexiau

Après la greffe survient une grande fatigue à laquelle il faut ajouter le poids de l GVH. Il faut noter d’importants changements physiques et psychologiques d’où une déstabilisation de la personne. Féminité et sexualité sont «  mises entre parenthèses », le problème de la fertilité se pose parfois, tout est à reconstruire d’où la nécessité de dialogue avec soignants et entourage afin de retrouver confiance.

L’hypnose et l’allogreffe.  Intervention  d’un docteur en psychologie de l’hôpital St Louis Paris.

Nous avons eu le droit à une petite séance d’hypnose suivie d’explication, très intéressant !

L’hypnose permet de

_ réintégrer le corps,

_ de comprendre «   au sentir. »

_ de recontacter l’inconscient et sa partie positive que l’on ne connaît pas, elle donne accès à des ressources personnelles.

L’hypnose permet un contact avec le corps malade, le patient peut alors modifier sa position par rapport aux symptômes et accueillir ainsi ce qui existe dans ce corps, celui-ci est soutenu coûte que coûte. Un soulagement est apporté dans la maladie.

Apport de la socio esthétique. Dans le monde de l ‘allogreffe.

Esthéticienne, coiffeuse donnent leurs soins aux patients durant l’hospitalisation. Les règles concernant le contact avec les objets non stériles et les personnes sont actuellement moins sévères ;

A l’issue de cette rencontre les médecins se sont entretenus avec certains de leurs patients.

Schéma des donneurs haplo-identiques

Liste de PDF

Laisser un commentaire